Question des plus importantes avant de s’engager à partager 15 ans de sa vie avec un compagnon canin : Quelle race de chien choisir ? Ou plutôt quel chien sera le plus adapté à votre mode de vie et à vos attentes ?

Quelle race de chien choisir en vidéo !

La race du chien que l’on adopte détermine un certains nombre d’éléments non négligeables, comme les frais d’entretien (nourriture, toilettage, frais vétérinaires courants), frais de santé (certaines races sont particulièrement fragiles et nécessitent un budget vétérinaire conséquent) ou d’autres contraintes comme la gestion des vacances (un gros chien sera plus difficile à amener en vacances et à faire garder par son entourage par exemple). Mais le principal élément à prendre en compte c’est les prédispositions comportementales de la race !

A l’origine, c’est un chien de chasse, de berger ou de garde, et alors ?

Nombre de propriétaires se retrouvent confrontés à problématiques liées à la race du chien qu’ils ont choisi. En effet, on estime qu’environ 40% du comportement d’un chien est déterminé par des facteurs génétiques et ces facteurs génétiques ont été volontairement influencés par l’Homme, par la sélection, pour orienter le comportement d’une race vers une fonction donnée. C’est ainsi que les chiens de berger ont davantage de prédispositions à guider un troupeau, les chiens de garde à monter la garde, les retriever à aller dans l’eau ou à rapporter, les chiens de chasse à chasser…

Or, la capacité d’un chien à adopter un type de comportement sous entend généralement un besoin d’adopter ce comportement. Ces comportements innés, génétiquement déterminés, sont appelés des « comportements moteurs ». Ainsi, un Beagle aura non seulement de meilleures capacités de chien de chasse mais aussi un besoin d’utilisation de ses capacité de chasse. Un chien de berger aura quant à lui une meilleure capacité à détecter et poursuivre les objets en mouvement (initialement les moutons d’un troupeau), mais aussi un besoin plus important de poursuivre des objets en mouvement, voir de les rassembler. Enfin, un chien de garde que l’on aura sélectionné pendant des décennies pour augmenter un maximum ses comportements de garde aura quant à lui une meilleure capacité à détecter les stimuli et en avertir son maître, mais aussi un besoin de garde, une vigilance instinctive et un besoin d’aboiement accru.

Des comportements qui peuvent vite poser problème…

Lorsqu’une famille nous contacte, désespérée que Roxy, leur Beagle de tout juste un an, se sauve systématiquement pour partir chasser lorsqu’ils la lâchent en forêt alors qu’ils rêvaient d’avoir le parfait de chien famille qui joue et court parmi les enfants, nous savons que le travail éducatif qui nous attend sera complexe. Ce type de demande représente notre quotidien, et pourtant, ce qui est présenté comme un « problème de comportement » est en réalité un comportement parfaitement normal. Il s’agit d’un comportement pour lequel le chien en question a été sélectionné, pour lequel il présente des aptitudes surdéveloppées et un besoin important. C’est donc un comportement normal pour le chien, qui dans le cadre de vie des maîtres devient problématique, ce qui est tout à fait différent d’un trouble du comportement (dysfonctionnement).

Dans cette même catégorie d’exemples, nous sommes très souvent contactés pour des bergers allemands aboyant au moindre stimulus visuel ou sonore (à la maison ou en extérieur), des border collie cherchant à tout prix à poursuivre les stimuli en mouvement (joggeurs, cyclistes, voitures, motos…) ou encore des Américan Staffordshire terrier ou Akita inu à la sociabilité imparfaite.

Attention, ces comportements représentent des tendances et non des vérités absolues : tous les Beagle ne partiront pas chasser, tous les border ne poursuivront pas les cyclistes et tous les staff ou akita n’auront pas des soucis de sociabilité. Il s’agit en revanche de tendances fortes, qui sont plus ou moins renforcées par le patrimoine génétique de chaque individu, et l’éducation que les maîtres auront mis en place.

Suffira-t-il de l’éduquer correctement pour éviter ces problèmes ?

L’éducation permet en effet, de corriger, d’adapter ou de gérer un très grand nombre de comportements. Mais hélas, l’éducation ne permet pas d’effacer les prédispositions génétiques d’un animal. En revanche, à l’aide d’exercices adaptés et intelligemment conçus, l’éducation permet de réorienter des comportements moteurs problématiques : les comportements de chasse seront redirigés sur de la recherche d’objets ou de personnes, les comportements de poursuite sur une balle ou un frisbee…

Qui plus est, lorsque vous êtes accompagné par un éducateur canin dès le plus jeune âge du chiot, celui-ci doit vous présenter les différentes prédispositions comportementales de votre chien et vous donner les clés permettant limiter leur manifestation. C’est ainsi que l’on limitera les comportements de chasse d’un chien de chasse, qu’on limitera les comportements de poursuite d’un chien de berger ou la réactivité aux stimuli d’un chien de garde.

Encore quelques conseils pour bien choisir son chien

Vous l’avez compris, choisir un chien dont la fonction initiale ne correspond pas du tout à votre mode de vie ne sera certainement pas le choix le plus opportun. Si vous souhaitez avoir un chien heureux et que vous souhaitez vous même être heureux avec votre compagnon, veillez alors à prendre un chien qui répondra à votre besoin, et à pouvoir répondre aux siens.

Que vous soyez en maison ou en appartement, la taille importe peu en réalité. Ce qui compte c’est de pouvoir répondre au besoin d’activité générale de votre futur chien, et à l’ensemble de ses besoins spécifiques sans que cela ne représente une contrainte trop importante pour vous sur le long terme.

Renseignez-vous sur les spécificités de chaque race qui vous intéresse, auprès d’éducateurs, de vétérinaires, d’associations ou d’éleveurs. Ne vous focalisez pas uniquement sur des critères esthétiques, prenez le temps d’avoir un apriori objectif sur le compagnon que vous vous apprêtez à adopter.

Enfin, n’hésitez pas à contacter un éducateur canin avec une solide réputation dès l’adoption de votre chiot pour avoir un accompagnement et des conseils efficaces permettant un bon développant comportemental et éducatif de votre compagnon.

Alexis BONNARANG – Educateur canin comportementaliste dans les Yvelines (78)

Educhien78

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents
    Catégories
    À propos de ce site

    C’est peut-être le bon endroit pour vous présenter et votre site ou insérer quelques crédits.

    Retrouvez-nous

    Adresse
    Avenue des Champs-Élysées
    75008, Paris

    Heures d’ouverture
    Du lundi au vendredi : 9h00—17h00
    Les samedi et dimanche : 11h00–15h00